L'Abeille

L'Abeille

SRBH – 1er août 2011 – Nazili (Turquie)

Une chose est sûre, contrairement à ce que je croyais, je ne suis pas Superman !!! En démarrant en vélo, je me suis dit, couper par les montagnes ou longer la côte, qu'est ce qui est le plus facile ? Longer la côte ! Bon, eh bien, je vais prendre par les montagnes ! Cinq jours après et 350 kilomètres plus tard, je ne sais plus où sont mes jambe ; par contre, impossible d'oublier mes fesses ; je suis rouge comme un homard, j'ai le dos aussi courbaturé (et courbé) que si j'avais passé mes journées à faire des lacets et je bois six litres par jour ! Bref, je ne serais pas choqué si quelqu'un venait à m'appeler Quasimodo !

 

Comme on peut s'en douter, changement de rythme garanti par rapport au cheval : je passe de 15-20 kilomètres par jour à 70-80 kilomètres par jour. On cherche à suivre la route un maximum, on est moins regardé comme un extraterrestre, mais plus comme un galérien (ce que je suis !). Je passe sur le côté vivant des choses, car un vélo ne demande pas autant d'attention qu'un cheval mais la bicyclette (pour le moment) s'offre comme une belle expérience, montrant un autre visage de la Turquie et une autre approche du voyage. Reste plus qu'à tenir jusqu'en France (encore 2 500 kilomètres).

 

Première vraie halte à Pamukkale (cf. photos) où les images parlent d'elles-mêmes. Lieu magique, certes pourri par le tourisme mais où, le soir, il est encore possible de bénéficier de quelques moments de tranquillité ! On évolue sur un « château de coton » au milieu de nombreux vestiges romains. Magique ! Tandis que, comble du luxe, tous les hôtels, bénéficiant généreusement de l'eau gratuitement distribuée par ces thermes naturels, disposent de petites piscines, bien agréables quand la température extérieure dépasse les 40 (ce qui est le cas en ce moment entre 12 h et 16 h) ou quand on sort d'une journée de vélo !

 

Pour terminer, une petite histoire que j'ai trouvée très mignonne. Alors que j'attendais à la réception d'un hôtel arrivent deux Japonais parlant très très mal anglais. Dans un langage très rudimentaire, ils réussissent à demander leur chambre. Puis ils regardent le jeune derrière le comptoir et lui demandent s'il n'a pas un frère (toujours dans un anglais laborieux) car la personne dehors lui ressemble énormément. Le standardiste lui répond que c'est son jumeau. Le Japonais, là-dessus, réplique que, quand même, ils se ressemblent beaucoup, et demande si tous les Turcs se ressemblent autant !!!

 

 

I know now one thing, I am not Superman!!! When the time to start with my bike arrived, I choose the way going between mountains, and I am paying it! 5 days and 350 km later, I do not feel my legs, but I feel strongly my ass, I am as red as a lobster and I drink about 6L/day!!!

 

As it is easy to guess, the rhythm is very different with an average km/day of 75 km (20 km/day with horses), and mainly on the road. But it is a very nice experience and an interesting way to discover the country! I look more like a galerien (what I am) rather than an alien! Only 2 500 km left...

 

Real first break on the Pamukkale site, where, despite being invaded by tourists, it is still possible to find some rooms to be alone and to enjoy this amazing ''cotton's castle!'' in the middle of roman's ruins (cf. photos).

 

To finish, just a short story, that happened when I was at the reception of a small hotel. Two Japanese, speaking a very poor English, asked to the guy (at the reception) if the man outside was his brother. The receptionist said that he was his twin, and disappointed, the Japanese says that they really look like brothers, and asks if all Turkish are ''so similar''??

 

Let's go to the west...

 



01/08/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres